Concerts de l'Opéra de Paris

Série de concerts de l'Opéra Garnier
Opéra Palais Garnier

Jusqu'au 7 novembre 2020

Sans dialogue

Lieu

Opéra Palais Garnier
Place de l’Opéra 75009 Paris
Capacité 1900 sièges

Durée

1 heure 40 minutes

Pas d'entracte


Détails

Concert de musique classique

Tout public

Sans dialogue


Vous allez adorer

Venez profiter d'une série de concerts de musique classique sur la scène du Palais Garnier. De Mozart à Bach, en passant par Rossini ou Vivaldi, treize concerts interprétés par l'Orchestre et les Choeurs de l'Opéra de Paris sont programmés de Septembre à Décembre 2020.

Résumé

La série de concerts proposée comprend une programmation différente en fonction des dates. Ces concerts célèbrent certaines des plus belles oeuvres des compositeurs Wolfang Amadeus Mozart, Johann Sebastian Bach, Johannes Brahms, Antonio Vivaldi et bien d'autres. Retrouvez ci-dessous le programme complet pour faire votre sélection.

 

Programme des concerts

Samedi 19 septembre à 20h

Wolfgang Amadeus Mozart :

Symphonie n° 39, en mi bémol majeur, K543

Symphonie n° 40, en sol mineur, K550

Symphonie n° 41, “Jupiter” en ut majeur, K551

 

Samedi 26 septembre à 17h

Johann Sebastian Bach :

Suite pour orchestre n° 3, en ré majeur, BWV 1068

Concerto brandebourgeois n° 1, en fa majeur, BWV 1046

Concerto brandebourgeois n° 2, en fa majeur, BWV 1047

Concerto brandebourgeois n° 4, en sol majeur, BWV 1049

 

Samedi 26 septembre à 20h 

Johann Sebastian Bach :

Suite pour orchestre n° 2, en si mineur, BWV 1067

Concerto brandebourgeois n° 3, en sol majeur, BWV 1048

Concerto brandebourgeois n° 6, en si bémol majeur, BWV 1051

Concerto brandebourgeois n° 5, en ré majeur, BWV 1050

 

Dimanche 27 septembre à 17h

Wolfgang Amadeus Mozart :

Symphonie n° 39, en mi bémol majeur, K543 

Symphonie n° 40, en sol mineur, K550 

Symphonie n° 41, “Jupiter” en ut majeur, K551

 

Samedi 3 octobre à 17h

Johann Sebastian Bach :

Suite pour orchestre n° 3, en ré majeur, BWV 1068 

Concerto brandebourgeois n° 1, en fa majeur, BWV 1046 

Concerto brandebourgeois n° 2, en fa majeur, BWV 1047 

Concerto brandebourgeois n° 4, en sol majeur, BWV 1049

 

Samedi 3 octobre à 20h

Johann Sebastian Bach :

Suite pour orchestre n° 2, en si mineur, BWV 1067 

Concerto brandebourgeois n° 3, en sol majeur, BWV 1048 

Concerto brandebourgeois n° 6, en si bémol majeur, BWV 1051 

Concerto brandebourgeois n° 5, en ré majeur, BWV 1050

 

Dimanche 4 octobre à 17h

Antonio Vivaldi :

Concerto pour 2 trompettes en ut majeur, RV 537 

Concerto pour basson en mi mineur, RV 484 

Concerto pour hautbois en la majeur, RV 463 

Les Quatre Saisons (Le quattro stagioni), op. 8

 

Samedi 10 octobre à 20h

Gioacchino Rossini :

Petite Messe Solennelle

 

Dimanche 11 octobre à 17h

Gioacchino Rossini :

Petite Messe Solennelle

 

Samedi 17 octobre à 17h

Johannes Brahms / Franz Schubert :

Récital des Choeurs de l'Opéra de Paris

 

Samedi 24 octobre à 20h

Johannes Brahms :

Vier Gesänge, op. 17, pour choeur féminin, deux cors et harpe

Liebeslieder Walzer, op. 52 pour quatuor vocal et piano à quatre mains

Gabriel Fauré :

Requiem, op. 48 (version avec orgue seul)

 

Dimanche 25 octobre à 17h

Johannes Brahms :

Vier Gesänge, op. 17, pour choeur féminin, deux cors et harpe

Liebeslieder Walzer, op. 52 pour quatuor vocal et piano à quatre mains

Gabriel Fauré :

Requiem, op. 48 (version avec orgue seul)

 

Samedi 7 novembre à 17h

Johannes Brahms / Franz Schubert :

Récital des Choeurs de l'Opéra de Paris

Avis

Ce spectacle n'a pas encore reçu d'avis, soyez le premier à partager le vôtre en complétant le formulaire suivant :


Opéra Palais Garnier

Place de l’Opéra 75009 Paris

Une des scènes les plus prestigieuses de toute la France, le Palais Garnier fut construit de 1860 à 1875 et conçu par l’architecte de renom Charles Garnier, sélectionné parmi une poignée d’architectes talentueux après une féroce compétition. Le bâtiment en lui-même est déjà une œuvre d’art et fut l’une des constructions les plus coûteuses du Second Empire, sous le règne de Napoléon III. L’utilisation élaborée de différents matériaux pour offrir une somptueuse façade multicolore est typique de nombreuses œuvres réalisées sous le règne de Napoléon III, de même que les sculptures de diverses figures de la mythologie grecque. L’inauguration officielle eut lieu en 1875 et les maires de Londres et d’Amsterdam, le roi Alfonso XII d’Espagne et des centaines de personnes de la haute société européenne y assistèrent.

 

L’intérieur a été méticuleusement dessiné avec des couloirs qui s’entremêlent, des alcôves et des paliers qui permettent à un grand nombre de personnes de se déplacer sans encombre ; mais également un immense escalier en marbre et le grand foyer couvert de peintures dorées, qui servait de salon pour la haute société parisienne. L’auditorium est quant à lui à l’italienne, c’est-à-dire en forme de fer à cheval, avec 1 900 sièges. La scène, qui est la plus large d’Europe et peut accueillir 450 artistes, se révèle lorsque le magnifique rideau peint se lève. C’est encore Garnier qui a conçu le monumental lustre de 7 tonnes qui illumine le public. En 1986, l’un des nombreux contrepoids du lustre se rompit et tua un concierge. Cet accident inspira une scène du roman adapté en comédie musicale Le Fantôme de l’Opéra. L’espace au-dessus de l’auditorium dans le dôme de la coupole était autrefois utilisé uniquement pour nettoyer le lustre, mais a depuis été transformé en espace pour les répétitions d’opéras et de danse.

 

Le bâtiment légendaire était initialement désigné comme l’Académie impériale de musique, mais avec la chute du Second Empire et le début de la IIIe République, cela a été judicieusement changé en Académie nationale de musique, dont on lit encore aujourd’hui l’inscription sur la façade extérieure. Garnier avait imaginé l’évolution des alentours et de nos jours : l’opulence du Second Empire vit toujours dans ce monument. L’avenue de l’opéra reste la seule avenue parisienne sans arbres, car Garnier avait explicitement empêché Hausmann d’en orner la rue ; selon lui ils auraient empêché au Palais Garnier d’attirer tous les regards. Le Palais pris officiellement son nom en 1989, avec la construction de l’Opéra Bastille et le lieu accueille désormais principalement des ballets.

FAQ

Comment se rendre à l'Opéra de Paris ?

L'Opéra de Paris est accessible par les lignes de métro 3, 7 et 8 à la station Opéra et par le RER A à la station Auber. Notre service client est joignable en cas de difficulté de 10h à 19h du lundi au vendredi. Pour plus d’information, veuillez consulter la carte ci-dessus.

Que dois-je faire lorsque j'arrive sur place ?

Nous vous recommandons d’arriver environ 30 minutes avant l'heure du concert indiquée sur votre billet. Le personnel de l'opéra vous conduira à votre siège. Les spectacles au Palais Garnier commençant à l'heure pile, les retardataires ne pourront pas accéder à la salle avant l'entracte.

Puis-je peux laisser mes affaires au vestiaire ?

Vous avez la possibilité de laisser vos affaires aux vestiaires situés à différents niveaux du théâtre (service gratuit). Les sacs de voyage et valises ne sont pas admis.

Puis-je prendre des photos pendant la représentation ?

Pour ne pas déranger le travail des artistes, il est interdit de prendre des photos pendant la représentation. Vous pouvez cependant prendre des photos avant et après la représentation.

Ces concerts sont-ils pour les touristes internationaux ou pour les français ?

Les deux ! Depuis plus de 150 ans, l'Opéra Garnier accueillent des spectateurs du monde entier. Cette série de concerts ne comportent pas de dialogue et est accessible à tous les âges et langues.

Y-a-t-il un code vestimentaire ?

Il n’y a pas de code vestimentaire particulier, néanmoins une tenue correcte est exigée. Lors des soirées de gala, il est suggéré de porter un costume pour les hommes et une robe pour les dames.